Avant propos - Karim DENDENE

Aller au contenu

Menu principal

Avant propos

Mes priorités

Il nous faut corriger cette image souvent reçue dans l’hexagone, représentant le Français de l’étranger comme un individu nanti, vivant toujours dans un très grand confort.

Si certains de nos compatriotes de l’étranger correspondent à ce profil, et c’est tant mieux, la grande majorité d’entre eux rencontrent pourtant de nombreuses difficultés et certains connaissent même des situations de grande pauvreté, ne pouvant bénéficier des avantages qu’offre la république à ceux qui vivent sur le sol français, étrangers compris.

Nombreux sont ces parents, qui redoutent les moments où leur parviennent les demandes d’acquittement des frais de scolarité de leurs enfants, quand ils ont choisi de les inscrire dans des écoles françaises, afin de conserver le lien avec le France.

Nombreuses sont les personnes qui redoutent un problème médical pour leurs enfants et pour eux même, car n’ayant pas les moyens d’être couverts par une assurance médicale française.

Ce sont ces situations, qui m’ont amené à m’impliquer depuis une quinzaine d’années, dans la défense des droits des Français de l’étranger aux côtés de mes collègues de l’AFE, pour revendiquer ainsi davantage d’équité.

En me soutenant les 4 et 18 juin prochains, je pourrai défendre en priorité ces 2 grands sujets que sont l’enseignement et la protection sociale, mais je ne négligerai pas pour autant toutes les autres difficultés que vous rencontrez et sur lesquelles nous travaillons déjà depuis de nombreuses années avec mes collègues de l’assemblée des Français de l’étranger, et avec l’avantage cette fois de les soumettre non plus à une assemblée consultative, mais délibérative.

Ma présence à l’assemblée nationale m’amènera aussi à me prononcer en votre nom sur des sujets nationaux car ce qui se déroule en France nous concerne.
J'aurai également à me prononcer sur des questions d’ordre international, avec toujours pour préoccupation principale le rayonnement de la France dans le monde et le maintien de la place prépondérante qu’elle occupe dans le concert des nations.
C’est à la commission des affaires étrangères que je désire siéger.

 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu