Newsletter couverture médicale - Karim DENDENE

Aller au contenu

Menu principal

Newsletter couverture médicale

Mes priorités

Votre couverture médicale après 2017... (newsletter du 18 avril 2017)


Cher(e)s compatriotes d'Afrique de l'ouest et du nord,

Candidat aux législatives le 4 juin prochain, ma motivation est de travailler à l'amélioration de la situation des Français de l'étranger dans les différents domaines où il est reconnu qu'ils sont lésés.

Aujourd'hui je souhaite vous faire part de mes propositions relatives à la couverture médicale.

La caisse des Français de l'étranger est un organisme très utile et efficace. Malheureusement elle ne couvre qu'une minorité de compatriotes.La raison en est le caractère onéreux,notamment dans certains pays où le pouvoir d'achat est bas.
La 3ème catégorie aidée dont le prix de la cotisation revient aux deux tiers du montant initial a eu pour effet d'augmenter le nombre d'adhérents, même si ça reste insuffisant.
C'est pourquoi cette catégorie doit être pérennisée et pour cela, j'insisterai pour que l'état tienne ses engagements d'assumer son coût, plutôt que le porter au compte de la CFE.L'état en définitive ne paie que 10 pour cent de cette aide,laissant le reste à la charge de la CFE qui ponctionne sur son budget d'action sociale.La CFE, caisse autonome paie tant que ses comptes le permettent mais cessera si sa comptabilité ne le permet plus, ceci mettrait en péril la situation de nombreux adhérents.Il est indispensable que l'état prenne ses responsabilités sur cette question.

Concernant le fonctionnement de la Cfe,certaines améliorations sont à apporter.

-La question de la qualité d'ayant-droit pour le conjoint pose problème lorsque ses revenus sont faibles.En effet ne peut être ayant-droit un conjoint qui dispose de ressources, or certains revenus sont tellement bas qu'il n' est pas possible d'adhérer personnellement et place ainsi l'intéressé en dehors de toute couverture médicale.
Il serait utile de fixer un seuil pour les revenus des conjoints ayant-droits.

-La question des retraités de régimes étrangers auxquels il est réclamé des cotisations plus élevées qu'aux salariés.C'est très injuste de devoir payer plus cher au moment où l'on devient retraité et que par définition les revenus baissent.

-La question de l'adhésion à l'assurance vieillesse via la CFE est soumise à des conditions telles que de nombreux Français de l'étranger n'y sont pas éligibles.
Il faut déjà avoir cotisé à un régime français pendant 5 années et travailler à l'étranger depuis moins de 10 années.Ces conditions excluent les nombreux Français enracinés dans les pays de résidence.Il serait donc nécessaire de lever ces conditions.

-La question de la rétroactivité doit trouver sa solution dans l'organisation régulière de périodes de suspension, s'il n'est pas possible de procéder à sa suppression.définitive.

-La question du vote pour le choix des membres du conseil d'administration de la CFE qui doit être ouvert à tous les conseillers consulaires et non aux seuls conseillers à l'AFE dont je fais partie.Cette mesure n'aura pas d'incidences sur la prise en charge des adhérents mais relève d'un principe de justice.

Réfléchir à l'amélioration du fonctionnement de la CFE, ne doit pas nous faire perdre de vue l'immense majorité de nos compatriotes qui n'y souscrivent pas faute de moyens.
Nous avons obtenu que l'aide médicale d'état(AME) puisse bénéficier à certains Français de l'étranger lorsque les conditions médicales exigent un transfert en France et qu'il est avéré que leurs ressources ne leur permettent pas d'adhérer à la CFE.
Les dossiers sont étudiés au niveau des services sociaux des consulats et soumis à un accord à Paris.Peu de dossiers aboutissent.Il faudrait que la procédure soit moins contraignante.

Concernant les personnes non adhérentes à la CFE alors qu'elles en ont les moyens, je propose qu'exceptionnellement dans certaines conditions médicales évaluées par le médecin du poste,l'AME puisse être mise en place à la stricte condition qu'une adhésion concomittante à la CFE soit souscrite.L'AME couvrirait ainsi la période liée au délai de carence appliqué aux nouveaux adhérents de la caisse.

Quant aux Français non adhérents à la CFE qui quittent l'étranger, il est essentiel qu'ils puissent bénéficier de la PUMA(ancienne CMU) dès le premier jour de leur installation en France plutôt qu'après 03 mois, comme c'est le cas aujourd'hui.

Je vous prie de croire cher(e)s compatriotes à l'assurance de tout mon dévouement.

Karim Dendène.
Conseiller à l'assemblée des Français de l'étranger(Maroc,Algérie,Tunisie,Libye)
Médecin.

 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu